Forum type internat scolaire (Lycée & Université) / NC -16 / Forum avec avatar mangas / Yuri-Yaoi-Hentai autorisé

Nous sommes fin octobre 2019 !
 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Paper Crown ☁ Shaun [Fini ?]
avatar
Messages : 46
Date d'inscription : 13/10/2018
Sam 13 Oct 2018 - 20:29
Asboth Shaun
ft. Damien Wytte de Hooky

Âge : 17 ans
Date de naissance : 1 avril 2002
Origines : Origines hongroises
Nationalité : Américain
Groupe : Poor
Études : Étudiant en 2ème année || Club de poésie
Orientation sexuelle : Homosexuel
Etat civil : Célibataire
Situation familiale : A fuit chez lui et perdu contact avec sa famille
Situation financière : Un peu foireuse, endetté
Caractère

Si Shaun a toujours été réservé, en revanche, il a aussi attiré les gens. Ce garçon un peu secret, qui n'aime pas la foule et se mêler au monde a toujours un peu fasciné. A vrai dire, il faut dire qu'on l'a surtout longtemps pris pour un animal de foire. Avec toutes les rumeurs qui couraient sur lui...

Shaun est passionné de poésie, et surtout par les poésies islandaises. Il pourrait en parler pendant des heures. Il a juste appris cette langue pour ça. Il aime écouter du jazz, chanter des airs improvisés avec sa guitare, et envoyer des avions en papiers depuis des toits. C'est un grand rêveur, mais qui n'expose pas trop cette partie de lui.
Et puis, il a souvent peur qu'on se moque de lui... Parce qu'il aime bien aussi quand c'est fleur bleue, l'idée de prendre soin d'un être aimé, et de pouvoir lui rendre son affection.

Peut-être que Shaun est un garçon trop anxieux, voir paranoïaque. Il a peur des autres, peur de mal faire, peur d'être grondé, peur de ne pas remarquer qu'il fait des erreurs etc. Ses expériences passés l'ont rendu plutôt nerveux à l'idée de sortir dehors, ou de se lier avec les autres. Il a tendance à se renfermer comme une huître, et à imiter au maximum un "comportement normal", pour qu'on ne constate pas cet aspect handicapant de sa personne.

Malgré tout, de loin, on aura l'impression que le décoloré a un "certain charisme". Il faut dire qu'il est très éloquent. Son côté littéraire lui a permis d'acquérir un vocabulaire et un esprit critique plutôt impressionnant. Il ne perd que rarement un débat. Et plus que ça, Shaun est une graine de génie du mal. Enfin... Pour l'instant, il n'a pas de plans diaboliques en tête...
Le décoloré est surtout une graine de révolutionnaire en herbe. Son plus gros projet ? Un projet réservé aux internes de l'établissement scolaire, qui consisterait en une animation de la vie lycéenne à travers des newsletters et divers mystères à résoudre.Tout ça dans le dos de l'administration, en passant par des moyens détournés pour être intraçable. Ni vu ni connu. La vraie vie d'un agent secret du journalisme libre.
Surtout que personne ne se douterait, au vu de ses tenues et ses goûts complètement ringardes qu'il cache un côté un peu geek. L'imagine collectif chasse souvent la possibilité d'être doué en informatique chez les rats de bibliothèque qui écoute des musiques d'il y a cinquante ans et s'habillent comme des papis. Shaun n'est jamais vraiment à la pointe de la mode. Mais quelques part, ce côté ringard participe à cette espèce de classe qui se dégage de lui lors d'un discours.

Shaun a du mal à faire confiance. Son anxiété maladive n'aide pas, mais c'est encore plus difficile en considérant qu'il est très rancunier, et surtout pas mal colérique. Et pourquoi pas un brin de catastrophisme ? Il part souvent du pire scénario possible, pour s'y préparer mentalement, mais quand ça se passe comme prévu, il finit juste agacé. Il se laisse trop toucher par les évènements, et peut vite s'emporter. Même si son aisance à l'oral lui donne un air plus mesuré, il n'en demeure pas moins un peu impulsif. De plus, il déteste avoir tort, et devient vite hautain quand on le met face à des évidences de ses erreurs.

On pourrait donc croire que Shaun est un garçon qui ne tient pas en place, mais il se trouve être curieusement patient. Si besoin, il attendra. Il est d'autant plus susceptible de développer cette curieuse patience s'il tient à la personne. Plus son affection pour un individu est puissante, plus sa capacité à attendre se multiplie. Bien que peu bavard, et peu démonstratif, Shaun est un garçon très à l'écoute de ceux qui comptent pour lui. Il se base beaucoup sur ses lectures pour trouver des solutions parfois... originales aux problèmes de ses proches.

Si ce garçon est aussi légendaire, c'est pour sa chance aux gachapons. Vous savez, ces petits machines, où vous insérez une pièce pour avoir un objet aléatoire dans une petite boîte ronde ? Ce garçon tombe très souvent sur ce qu'il y recherche. Du coup, on lui demande régulièrement de venir actionner la machine pour les autres. C'est d'ailleurs devenu une routine, qu'on lui demande de participer comme cela. Et Shaun tient énormément à sa routine. Bon, peut-être qu'il aime répéter des actions régulièrement, mais sa chambre est bordélique. Du genre à planquer ses affaires en bazar dans le placard les jours de contrôle des chambres. Les autres jours, c'est beaucoup des feuilles, des livres, et des chaussettes sales abandonnées à choir sur le sol. Oui, il est désordonné.

Shaun est un gros ours grognon en vrai. Souvent boudeur, à râler indéfiniment, fatigué, mais c'est bien parce que la vie pour lui est plus difficile. A cause de la douleur, dans des périodes difficiles, il est souvent acerbe, voir particulièrement blessant. Il laisse exploser ses craintes et ses complexes, et se met à dos les autres par tous les moyens. Frustré à cause de sa santé mentale et physique, complexé pour son instabilité générale, qui le fait passer de journées normales à des journées où tout est son ennemi, même son propre corps, critique sur tout ce qui le constitue, se flagellant tout seul avec des remarques homophobes et des pensées culpabilisantes... Parce qu'il est tout seul, parce qu'il a peur des autres, il se laisse facilement aller à l'auto-destruction.

Pour palier à ce côté triste, il joue de son anticonformisme pour amuser la galerie. Avec son petit projet secret, il redouble d'inventivité pour créer des newsletters tordues, pleines d'humour, se contentant de ce seul moyen d'avoir un contrôle sur la situation. Il considère plus ou moins qu'il n'en est pas arrivé à des phases d'auto-destruction extrêmes parce qu'il contrôle la newsletter et ce qui en découlera.

On lui reproche de ne pas faire d'efforts, à Shaun. Il aurait "tout pour lui", mais personne ne voudrait sa vie. Il est jaloux des autres, ceux qui ne vivent pas dans la peur, ceux qui ne sont pas malades, et ceux dont la vie ne tient pas qu'à un fil dérisoire...

Physique

Shaun est un garçon d'1 m 72 un peu maigrichon. Il faut dire que le Syndrome d'Ehlers-Danlos, ce n'est pas un cadeau. Il doit parfois se déplacer avec des béquilles, ou un fauteuil roulant selon ses douleurs. Il s'obstine souvent à marcher même quand son corps le fait souffrir, probablement par peur du jugement, mais a du coup un rythme de marche plutôt lent. Impossible de faire beaucoup de sport donc... Et puis, si c'est pour des entorses gratuites...
Ce qui attire l’œil chez lui, c'est bien sa chevelure complètement décolorée, qui va bien à son teint vampirique et ses cernes (héritages des nuits de travail... et des nuits blanches à cause des douleurs). Il est originellement blond très clair, ce qui arrange plutôt bien son affaire. Ses yeux bleus complètement son visage, qui crie presque "bonjour, je suis un nordique". Il faut dire que presque personne dans sa famille n'est pas un cliché de ce type.
Souvent vêtu avec un style vestimentaire britannique typique des années 40 en dehors des jours de cours, il a toujours l'air ringard. Il porte mal l'uniforme en plus, parce que son col est toujours mis n'importe comment.

Histoire

"Je me rappelle les géants
Nés à l'aube des temps,
Eux qui, il y a bien longtemps
Me donnèrent la vie"



Peu après leur déménagement aux Etats-Unis, le couple hongrois des Asboth a accueilli un premier petit garçon. Shaun Asboth, un gros bébé brailleur, a par sa naissance chamboulé le quotidien de ses parents. Un premier enfant, c'est toujours beaucoup de pression, on ne sait pas comment s'organiser, surtout quand on est à l'étranger loin de sa famille.
Là où les jeunes parents se sont installés, ils ont reçu un accueil plutôt froid de leurs voisins. Le quartier était un peu pauvre, c'était un lieu idéal pour les dealers de drogues, et chacun se méfiait des voisins dans la peur d'être empoisonné, ou dénoncé à la police. Parfois, il y avait quelques coups de feu, des morts, peut-être. Pour les Asboth, il n'était pas question de rester ici.
Shaun vécu son premier déménagement à à peine trois ans. Autant dire qu'il ne s'en souvient pas. Ce qu'il sait, en revanche, c'est que ses parents se sont ruinés à cause de ça. Et qu'ils ont emprunté de l'argent à une riche famille qui leur a donné l'opportunité de bouger en échange de leurs services.
Aussi loin qu'il s'en souvienne, il a toujours connu Neil, le garçon rieur de la famille qui les hébergeait. La famille Asboth restait chez eux le temps de "payer sa dette", et de trouver un autre logement.
Et puis, Shaun ne se souvient pas d'une vie sans ses deux frères et sœurs, Hannah et Théodore, nés un an et demi après lui. On les disait encore plus bruyants que lui, ces faux-jumeaux étaient infernaux. Et ils étaient vite devenus le centre de l'attention des deux parents, qui n'avait pour seul indication pour leur aîné que celle-ci "Ne te lie pas à Neil. On doit beaucoup à ses parents, mais ce ne sont pas de bonnes personnes".
Shaun a toujours été profondément respectueux vis-à-vis de ses parents. Il n'était pas question de remettre en question leur parole.
Et il n'entendait qu'une vérité, parce qu'il étudiait à la maison. Ses parents le gardaient enfermé, dans ces quatre pièces où s'est faîte une partie de son enfance, avec cette petite chambre qu'il partageait avec Hannah et Théodore.



"Du sud brilla le soleil
Il illumina les rochers,
Alors la terre se couvrit
De feuillages verdoyants."


La porte s'était un jour ouverte, entre le monde de Neil et celui de Shaun. Si autrefois ils ne s'étaient qu'entre-aperçus, qu'au détour d'un couloir où à travers une fenêtre, se collant parfois au mur de l'autre en croyant entendre des fées, il ne fallut pas attendre bien longtemps pour que la curiosité les pousse à vraiment se rencontrer. Shaun suivant les ordres de ses parents à la lettre, avait toujours résisté du mieux qu'il pouvait à l'envie de converser avec un enfant de son âge, mais Neil, qui était un brin réfractaire à l'autorité, avait décidé de parler à cet autre enfant que ses parents lui cachaient.
Neil adorait jouer au foot et manger du gâteau avec Shaun. Mais Shaun était nul au foot, et il se blessait souvent, alors il préférait regarder Neil taper tout seul dans un ballon. Ils sortaient dans le jardin, parfois, quand les adultes avaient le dos tourné, et quand les faux-jumeaux Hannah et Theodore eurent l'âge de faire des bêtises, il leur montra même comment faire des dessins sur les murs au pastel. Évidemment, pour garder leur secret, Shaun dû se faire passer pour le responsable auprès de ses parents quand ils découvrirent deux crevettes de quatre ans des crayons dans les mains à barbouiller le papier-peint.



"La bête va bondir,
Je vois maintes choses,
Plus loin dans l'avenir  
Je vois l'amère destinée."



Un jour que les quatre enfants étaient assis sur le sol du salon prêté aux Asboth par la famille de Neil, la porte s'ouvrit sur un grand malheur.
Shaun aurait préféré ne pas comprendre le problème de leur situation. Il aurait préféré que la vérité reste accrochée derrière les rideaux, ou qu'elle se transforme en un doux rêve, comme une mousse.
"Neil, qu'est ce que tu fais là ?
- Oh, euh... Maman, papa... J-Je peux tout vous expliquer...
- Tu n'as rien à expliquer. Shaun, ta maman est partie à l'hôpital. Emmène les jumeaux. Et Neil, reste pas planté là, on y va."
Tout son monde s'écroulait, à côté de ce lit d'hôpital, où la mère regardait ses enfants de ses yeux vides. Le médecin leur avait expliqué que c'était à cause des médicaments. Le père n'était pas là. Hannah et Théodore secouaient leur aîné, demandant des explications que Shaun était incapable de trouver.
"Tu sais, j'ai entendu papa et maman en parler.., avait chuchoté tout bas Neil.
- Parler de quoi..? avait demandé le garçon aux cheveux clairs, regardant ses pieds.
- De ta maman... Ils ont que quand vous étiez arrivés à la maison, ta maman avait des bleus. Ils disent que ton papa est méchant avec elle. Et qu'il lui tape dessus quand il n'est pas content. Du coup, elle rentre tard, et va pleurer dans les toilettes. Je l'entends, parce que c'est à côté de ma chambre...
- Quoi ?"
Et puis, tout semblait clair. La maman qui rentrait tard, ces colliers bleus autour de ses bras, son sourire triste, quand elle disait se blesser au travail... Mais que faisait elle là alors ?
"Pourquoi maman est à l'hôpital ? demanda d'une toute petite voix Shaun.
- Je ne sais pas..."
Les deux enfants s'étaient regardés quelques instants, puis étaient allés chercher Hannah et Théodore, qui pleuraient à chaude larmes tandis que leur mère caressait leurs cheveux en murmurant d'une voix faible "Chut, tout va bien se passer... Maman va vite revenir...".
Mais les printemps passaient, les automnes mourraient à l'orée de l'hiver, et les trois enfants Asboth grandissaient sans que maman ne revienne à la maison. Leur papa les emmenaient la voir certains week-ends, quand il n'était pas fâché. Parce que quand il était fâché, il tapait contre les murs en criant, et les jumeaux se mettaient à pleurer, blottis l'un contre l'autre. Il les obligeait à continuer l'école à la maison, et chaque jour sans Neil était jour d'ennui et de lassitude, que Shaun noyait dans des livres qu'il lisait à ses benjamins.
Parfois, il repensait à son papa, à son papa qui avait frappé sa maman, et puis à ce que lui avaient dit ses parents : "Ne te lie pas à Neil. On doit beaucoup à ses parents, mais ce ne sont pas de bonnes personnes". Et quand papa Asboth surprenait Neil avec eux, il fronçait les sourcils et marmonnait on ne savait quoi.
Shaun avait appris à avoir peur de son père. Pour ne pas remplacer sa mère, et se faire frapper à sa place, il avait appris à tenir le silence, et à disparaître de son champ de vision au maximum en dehors des repas. Il prenait les jumeaux avec lui, toujours un peu inquiet à l'idée qu'il leur arrive quelques chose. Il vivait dans la crainte perpétuelle qu'un jour ou l'autre, le monstre derrière la figure paternelle se décide à montrer le visage effrayant qu'on lui avait prêté.



hefirðu, vestanvindur,
viðurtal okkar munað ?


A dix ans, Shaun ouvrit son premier recueil de poésie islandaise, un recueil de Bjarni Thorarensen, qui outre son nom aux premiers abords imprononçables, acheva de le faire tomber amoureux des livres. Parfois, avec les jumeaux âgés de bientôt neuf ans, ils allaient se faufiler dans la partie de la maison réservée à la famille de Neil, qui mettait de vieux disques sur le tourne-disques, en inventant des paroles à quelques extraits sans chanteurs. Chacun se doutait que les parents devaient savoir qu'ils se fréquentaient toujours. Et pas un jour ne passait sans que l'ombre du père Asboth ne passe dans l'esprit terrorisé de Shaun.
Le jour vient. Celui où le monstre sortit les crocs. En touchant sa joue douloureuse, il leva les yeux vers la figure paternelle. Il imaginait sa maman, qui hurlait. Qui hurlait encore et encore "Ne me touche pas !". Mais il ne pouvait pas pleurer, les petits étaient couchés. Il avait promis de les protéger. Son ventre lui faisait mal, ses jambes tremblaient, refusant de le laisser se relever, et il vomissait son dernier repas sur le sol. Et le monstre hurlait : "Tu vas finir comme ta mère aussi, tu vas devenir fou, et je vais devoir payer pour vous enfermer, c'est ça ?! Pourquoi tu traînes avec ce fils de démon ?! Ils nous exploitent ! Ils voulaient juste de la main d’œuvre gratuite ! Tu crois franchement que je suis ici parce que j'ai envie ?! C'est à cause de toi ça ! Et d'elle ! On n'aurait jamais dû accepter leur offre !".
Quand il s'était réveillé, Neil est les jumeaux étaient à côté, en trin de le fixer bizarrement. Il avait pris peur, croyant voir son père, et s'était mis à pleurer. Il se souvenait alors de son ami, qui lui flattait gentiment la tête, n'osant certainement pas prendre ce corps ankylosé dans ses bras.
Les jumeaux s'étaient aussi mis à pleurer, et Shaun se demandait combien de temps faudrait il encore avant que le monstre s'en prenne à eux aussi...



Færðist líf í liðna,
svo lyfti upp höfði
við ylsendin ástar
og upp á mig brosti.


Il avait semblé à Shaun, que, dans cette peur, un tout nouveau monde s'était crée. C'est comme si le monstre derrière son père l'avait jeté dans un puits, remplit d'un bestiaire impressionnant de sons, d'odeurs, et de visions de choses qui n'existaient nul part ailleurs.
A son entrée à l'école, pour ses onze ans, il découvrit un monde pleins d'humains, tous plus mauvais les uns que les autres. Qui se moquaient de ses passions, et puis, pour d'autres choses absurdes, qui l'avaient mené à finir seul, prostré en bas d'un escalier à regarder ses genoux douloureux après une énième réception d'urgence.
Neil était dans un établissement privé, pas loin. Surtout trop loin pour Shaun. Il enviait sa bande d'amis, et ses bons résultats. Alors le garçon s'était mis dans la tête de le dépasser, de devenir meilleur que lui en tout, redoublant d'effort et de passion pour le vaincre.
Sa mère lui confia un week-end, que le monstre derrière le père Asboth l'avait bien frappé, et qu'elle se retrouvait ici par sa faute. Derrière ses yeux fatigués, il y avait quand même tout l'amour du monde, l'amour d'une mère, qui chuchota à son fils aîné "Shaun, tu n'es pas comme lui. Veille sur Hannah et Theodore pour moi... Je suis sûre que tu pourras réussir, tu entreras dans une très grande école, et tu feras un beau métier... Tu auras une jolie petite-amie, et quand je sortirai de l'hôpital, quand je serai guérie, j'irai t'acheter des livres. Alors soit fort. C'est promis, d'accord ?"
Il travailla d’arrache-pied pour être le meilleur, et le jour de ses treize ans, chercha une solution pour échapper à son père avec son frère et sa sœur. Mais la situation se compliquait... Il était de plus en plus fréquent que Shaun se blesse, son corps se couvrait de bleus dont il ignorait la provenance, parfois, il lui semblait que respirer était un combat. La fatigue venait facilement à bout de lui, et il devait jouer des pieds et des mains pour tenir le coup encore une journée, les anti-douleurs ne fonctionnant pas toujours.



"J'étais bien usé,
A force de mensonges fabuleux"


Neil s'éloignait toujours un peu plus. Shaun voyait un fossé entre eux, qu'il peinait à comprendre. Ils grandissaient, chacun un peu plus de son côté. Neil beau et populaire. Et lui, qui se sentait pris dans une impasse, et dépourvu du moindre allié.
Il fallait se mentir, parfois... Relativiser... Il pensait que ce soudain abattement passerait vite s'il songeait à un échappatoire. Mais toutes les portes se fermaient. Son corps l'abandonnait peu à peu, et son père l'ayant remarqué commençait à s'en prendre à lui. Il pensa se faire griller, mais en allant chez le médecin scolaire, celui décréta simplement que tous les bleus venaient de la maladie de Shaun. Les personnes avec le syndrome d'Ehler-Danlos se font très facilement des marques, ce n'est pas nouveau. Et Shaun ne pouvait rien dire, juste contempler l'horreur de la situation. Il ne pouvait pas parler par peur des retombés, et il n'avait aucun allié parce que "C'est à cause du syndrome de votre garçon, rien d'inquiétant". C'était juste gerbant. Le monstre derrière son père avait un alibi, et lui, il était condamné.
Et quand il voyait Neil, sur le trottoir de l'autre-côté, que celui-ci lui souriait, il ne souhaitait que le fuir. Dans l'ombre de ses yeux, il y avait les plus beaux mensonges. Son sourire était le plus beau rêve. Mais lui comme ses parents ne disaient rien. Peut-être que depuis le début, tout le monde se fichait de lui.
Alors quand il rentrait chez lui, il se noyait dans ses devoirs, Hannah et Theodore continuant à râler pour jouer aux jeux vidéos.
Et parfois, il écrivait des phrases en boucle dans son cahier. Non, papa n'était pas un monstre, c'était un monstre qui prenait la forme de papa. Les autres ne s'en prennent pas à moi, c'est moi qui divague. Quelqu'un va nous aider. Je ne suis pas malade, ça passera. Maman va guérir. On partira un jour en voyage avec les jumeaux. Je n'aime pas Neil, je n'aime pas Neil, je n'aime pas Neil... Je ne suis pas un mauvais fils...





Les lèvres de Neil avaient un vague goût d'orange. Shaun ne savait pas bien ce qu'il avait bu. Les garçons de quinze ans ne sont pas sensés boire. Et Neil ne serait jamais venu à cette heure habituellement. Il avait voulut le repousser, mais ce baiser avait volé tous ses mots. Il aurait voulut le sermonner, mais son cœur battait trop vite. Il se sentait mourir. Il avait l'impression d'être né pour cet instant, mais il savait que c'était un mensonge. Il ne voulait pas y croire. Il voulait croire qu'il rêvait, qu'il allait juste se réveiller sur ses cahiers, avec les résultats de l'examen pour l'internat Kennedy. Le même établissement que celui visé par Neil.
Mais à force de s'y refuser, il avait fini, lorgnant sur le torse nu de son ami. Il n'y avait aucune marque sur sa peau. Et le Neil troublé par l'alcool face à lui contemplait ses bleus.
"Je sais... Que ce n'est pas qu'à cause de ton syndrome... Désolé, j'en ai parlé... Ce matin... Je suis vraiment désolé..."
Neil avait pleuré à chaude larme, tout contre lui. Et Shaun ne savait ni quoi dire, ni quoi faire. Il eut juste le temps d'apercevoir son père, passer la porte. Le dégoût dans ses yeux. Et sa mère au pas de la porte, entre la surprise et l'horreur.
"C-C'est pas ce que vous pensez..."



"Alors tous les dieux se réunirent
Dans leur salle de jugement
Et se consultèrent pour savoir
Qui avait empoisonné l'air"


Il ne savait pas trop comment avait tout fini ainsi. Après une semaine de silence, à seulement parler à Hannah et Théodore qui n'étaient pas vraiment au courant de la situation, sinon que maman était "soignée" (surtout en séjour pour voir si elle pouvait reprendre une vie normale), il avait reçu un message lui expliquant qu'il pourrait faire sa première année à l'internat Kennedy, qu'il avait réussi. Il pouvait s'enfuir. Mais en se tournant vers son frère et sa sœur, la dure réalité revint au galop : il ne pouvait pas les laisser seuls, ce serait les trahir. Peut-être qu'ils allaient sur leurs quatorze ans, mais il ne pouvait se résoudre à les laisser tomber.
Cette semaine étrange, bouleversée pour l'arrivée de la lettre, fut d'autant plus éprouvante quand les deux familles furent réunies dans le salon...
"Mettons les choses au clair, je refuse que votre fils aîné reste dans cette maison...
- Je suis vraiment désolée pour ce qui s'est passé, murmura la maman Asboth.
- Désolée ?! Vous pouvez l'être ! A cause de Shaun, Neil a été complètement détraqué !
- Qu'est ce qui se passe..? avait murmuré Theodore, perdu.
- Grand-frère est un vilain garçon, je vous l'ai déjà expliqué, expliqua maman Asboth.
- Nous prévoyons de l'envoyer en thérapie de conversion. Nous avons contacté un responsable, il y a de la place, expliqua père Asboth.
- Nous vous aiderons à payer si c'est pour la sécurité de Neil. Vous savez, quand vous m'avez raconté tout ça, j'ai commencé à avoir peur, surtout quand Theodore...
- Theodore ?! s'était étouffée Hannah, se tournant vers son jumeau.
- Je leur ai dit que Shaun aimait les garçons. Il l'a écrit lui-même dans son carnet, je l'ai lu. Ce n'est pas bien Hannah. En plus, depuis le début, il a mentit sur papa. Il a dit qu'il le frappait, mais il se fait du mal tout seul, expliqua Theodore.
- C'est pas vrai ! s'emporta Hannah, larmes aux yeux.
- Les gens à l'école disent pleins de trucs sur lui... Toi tu as de la chance, tu es populaire... Mais à cause de lui, moi je me fais harceler.., murmura Theodore.
- Shaun, tes poignets."
Père Asbot avait posé ses yeux sur lui. Pâle de terreur, de dégoût et de frustration, l'aîné chercha une once de soutien chez sa mère ou Neil, mais personne ne lui vint en aide. Il était pris au piège. Il se souvenait encore d'il y a une semaine, quand après l'avoir trouvé avec Neil, après avoir mis celui-ci dehors, il avait pris un cutter et malgré les cris de maman Asboth, avait strié de coupures ses poignets en hurlant qu'il devrait se rappeler à jamais que tout ce qui arrivait était de sa faute.
Et en montrant ces cicatrices, une nausée violente le pris. Hannah avait fondu en larmes, murmurant des "C'est pas vrai, c'est pas vrai, c'est pas vrai". Neil avait les yeux baissés.
"Tu pars demain." avait dit le monstre derrière son père, posant une main lourde sur son épaule.
Et il sembla à Shaun qu'une larme perlait au coin des yeux de sa mère, qui s'était dignement levée pour fuir la pièce.



"Je suis si heureux,
Que nous soyons tous deux de si mauvaises personnes."


Tous ses rêves s'écroulaient. Il ne pouvait plus protéger Hannah et Theodore, ceux-ci l'avaient même trahi, Neil l'avait trahi, sa mère l'avait trahi, et son entrée à l'internat Kennedy semblait compromise. Il allait croupir dans ce centre, entre les traitements médicamenteux, des électrochocs, des enregistrements visant à le dégoûter de ses penchants en boucles à en vomir ses tripes, et des séances de psychiatrie et d'hypnoses aberrantes. Il trouvait un mince réconfort dans l'absence de son père, bien que celui-ci revienne le week-end pour se tenir au courant de l'avancée de la thérapie.
Son état de santé empirait. Il y avait des jours où il ne pouvait même plus se lever, seul roulé en boule à pleurer de douleur, et n'obtenant des anti-douleurs à peine efficaces qu'à cause des demandes de ses camarades de galère. On lui avait cédé des béquilles pour se déplacer, mais il y avait des jours où ça ne suffisait pas. Et il se sentait humilié, à pleurer juste parce qu'il ne pouvait pas marcher, et que sa santé mentale se dégradait toujours plus.
C'était peut-être bien de sa faute, tout ça... Ses parents n'auraient pas déménagé s'il n'avait pas été là. Ils n'auraient pas de dettes auprès de la famille de Neil. Peut-être que sa mère n'aurait pas été battue et enfermée en hôpital psychiatrique. peut-être que Hannah et Theodore auraient eu une enfance heureuse. Il avait trahi son frère et sa soeur. S'il n'avait pas été malade, s'il avait pu dénoncer son père, s'il n'avait pas aimé Neil, s'il n'était pas né...
"Shaun, Shaun..."
Son cauchemar continuait sur ce qui lui paraissait une éternité. Il ne savait plus quel jour on était. La rentrée devait être passée. Il avait tout raté jusqu'au bout...
"Shaun..."
Neil lui tendit la lettre d'admission pour l'internat Kennedy. Et ce qui semblait être... un accord parental ? Il réalisa qu'il n'était plus enfermé dans un pièce du centre. Il était dehors, dans un champ. Peut-être après une des rares sorties organisé par les psychanalystes... Il attrapa le papier, réalisant soudainement que son ancien ami le tenait contre lui. Il recula, dans l'incompréhension totale.
"Tu sais, j'ai parlé de ton père... A l'école... Ce n'est pas parce que j'avais bu que je ne me souviens pas de cette nuit..."
Sa gorge s'était nouée. Sans cet évènement, peut-être que ça aurait été mieux...
"Un inspecteur est venu... Ta mère a refusé de témoigner. Hannah était bouleversée, ils n'ont pas pris son témoignage. Et Theodore... Je pense que tu as bien vu, il agit bizarrement, il n'est pas vraiment dans ton camp cette fois. Je sais tous les efforts que tu as fait pour eux, je suis vraiment déso-
- Mais c'était de ma faute ! C'est pour ça ! Ferme ta g*eule avec tes bons sentiments ! Tu piges rien ! Tu crois que tout ça c'est à cause de qui ?! A cause de moi tes parents vont te détester ! s'était emporté Shaun.
- Tu peux fuir, Shaun... Rien ne t'empêche de fuguer... Écoute, prends ces billets, tu me rembourseras plus tard. J'ai des potes qui sont d'accord pour t'emmener à New-York, tu les paieras avec ça. Et ta mère a signé l'accord pour l'école.
- Neil... Qu'est ce que tu-
- Tu voulais y aller, tu as passé le concours, ce n'est pas pour rien. La rentrée est après-demain, dépêche-toi.
- M-mais et toi..? Tu voulais y aller aussi... Et maman..?
- Et j'irai. Mais on ne pourra plus avoir de contacts, sinon tu sais bien comment ça se finira... Les papiers sont faits, tu présenteras la situation à l'administration s'il faut. Tu trouveras de l'aide là-bas, je te le promets. Quant à ta mère, je pense juste qu'elle essaie de se défaire de l'emprise de ton père. Peut-être qu'elle reviendra ensuite vers toi...
- Mais j'ai seulement besoin de toi, Neil...
- Shaun... Je ne suis vraiment pas sûr de mes sentiments... Et je ne t'ai pas beaucoup aidé dernièrement... Tu dois te reconstruire. Je te promets, un jour, je reviendrai vers toi."

Il fallait repartir, seul, mais avec l'opportunité de recommencer à zéro. En abandonnant maman et les jumeaux. En fuyant papa. Loin de Neil.
Il arriva à temps pour la rentrée. Il expliqua sa situation, et reçu de l'aide de la part d'une cellule psychologique. Il fallut également trouvé des aménagements avec son syndrome, et il obtint ses propres béquilles, son fauteuil, et une liste de médicaments plus susceptibles de l'aider. Il se jeta dans ses études, et la littérature, et pour ne pas céder à de nombreuses crises de panique, se créa un projet en cours de première année, qui consistait en une organisation secrète pour animer la vie des autres étudiants. Il appris à coder, et d'autres combines pour lancer son plan.
Évidemment, son parrain ne fut pas Neil, et il ne parla que peu avec cette personne. Ils ne s'étaient presque jamais croisés, voir pas du tout. Shaun n'était même plus sûr de qui c'était. Toutefois, les deux validèrent leur première année.
Arrivait enfin la deuxième année. Shaun, prêt à lancer son projet, étudiait le terrain pour prévoir un quelconque imprévu.
Est-ce que l'internat Kennedy est prêt pour l'arrivée de la terrible organisation RIS (Révolutionnaires Internes mission Sternes)(et qui n'a qu'un seul membre, mais il y aura bien d'autres gens à venir, non ?) ?

A votre propos


Pseudonyme : LeTank
Prénom : Feriel
Âge : 17 ans
Découverte du forum : Cc, je viens d'HnM (best forum ever, soit dit en passant, c'est une rude concurrence fuh fuh fuh)
Commentaire : Je vous aime espèce de gens d'un bébé forum tout mignon. Je vais essayer de vous ramener du monde !

Revenir en haut Aller en bas
Morgan K. Walker
I'm the big bad ♦️ w o l f
avatar
Messages : 264
Date d'inscription : 25/09/2018
Localisation : Tu veux pas savoir 8)
Sam 13 Oct 2018 - 20:33
Bienvenu à toiiiiiiiii ! ♥️
Oh god. Je sais pas si je dois avoir peur de HnM avec ce que tu nous as dis ou follement t'aimer pour ton commentaire !

Nan en fait j'm'en fous. J'T'AIME DÉJÀ !!!!!!
Bonne chance pour la suite de ta fiche ♥️♥️♥️

_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 86
Date d'inscription : 09/10/2018
Localisation : États-Unis
Sam 13 Oct 2018 - 20:52
Salut,

Bienvenue sur le forum et bon courage pour ta fiche Cool

_________________
~La beauté est un jardin sauvage~

Ƹ̴Ӂ̴Ʒ Ma fiche : ICI Ƹ̴Ӂ̴Ʒ
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 46
Date d'inscription : 13/10/2018
Dim 14 Oct 2018 - 17:53
Oh, merci, vous êtes adorables !

Morgan : Les deux, bien-sûr. è.é
(Je t'aime déjà aussi)

Je pense que j'ai fini la fiche. Désolé, c'était un peu long. Je me suis laissé distraire par les épisodes de Steven Universe que j'ai en retard.
(J'ai oublié de prévenir que j'aime créer des prédéfinis. Me tapez pas au cas où)
Revenir en haut Aller en bas
Marie-Belle Lefevre
P U L S E •• lady of heart •••
avatar
Messages : 166
Date d'inscription : 09/10/2018
Localisation : Au côté de Camisole et de Boule de Neige
Dim 14 Oct 2018 - 19:29
Waw y'a une invasion de poor

Bienvenue à toi, j'adore déjà ton personnage, il me donne envie de lui tirer les joues ( ͡° ͜ʖ ͡°)
J'ai hâte de te voir inrp, ce personnage promet beaucoup ♥️ !

_________________


I can't stop this feeling I'm out of control
fiche | liens | aesthetic | theme
   




Je te hais tu le sais Darwin ♥ ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 122
Date d'inscription : 03/10/2018
Dim 14 Oct 2018 - 20:54
Bienvenuuuue ~

Je suis tellement d'accord avec MB, j'adore, j'ai hâte de voir ça ♥️

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
King and Queen
avatar
Messages : 161
Date d'inscription : 03/09/2018
Mar 16 Oct 2018 - 19:52
Tu es validé(e) !

Coucou Shaun, j'adore l'histoire de ton personnage et c'est avec joie que je te valide.

Tu es validé(e) et tu rejoins les Poor.

Tu pourras recenser ton avatar, faire ta fiche de relation ainsi que ta demande de chambre et demander un rp, etc. si tu le souhaites !

Ah ! Et va faire ta demande d'adoption ! Nous rappelons que les poor ont obligation d'avoir un rich, alors autant que tu ailles donner tes propres conditions, au lieu que quelqu'un ne te soit assigné par défaut !

Et pense que tu as aussi le droit depuis ton inscription, à passer nous voir sur le Discord !

Bienvenue dans l'aventure Rich and Poor, jeune jedi ♥️


_________________
Pensez à voter toutes les 2h ♥️


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1
Sauter vers: